1 BILAN STATISTIQUE DES OPERATIONS GARANTIES POUR LA GENERATION 2019 : PREAMBULE

Comme tous les bilans depuis 2013, ce bilan est effectué à partir du nombre d’opérations financées par des prêts garantis et non pas le nombre de prêts. Ceci est dû au fait qu’au cours du temps certains établissements de crédit ont eu de plus en plus recours à la pratique qui consiste à déclarer à la SGFGAS plusieurs prêts pour une même opération. La présentation porte donc sur les logements financés et non sur le nombre de prêts concourant au financement desdits logements. Compte tenu par ailleurs des différences entre les différentes combinaisons de prêts garantis, on abordera successivement pour la métropole :

  • l’ensemble des opérations PAS (réunion des deux catégories ci-dessous pour l’essentiel)
  • les opérations PAS seuls (i.e. financées exclusivement par des PAS)
  • les opérations financées par un ou plusieurs PAS et un PTZ garanti
  • les opérations financées par un éco-prêt (avec ou sans PAS)
Nombre d’opérations garanties en France métropolitaine et DOM
Nombre d’opérations Coût moyen d’opération (€)
PAS sans PTZG et sans EcoPTZG 34 438 183 696
PAS et PTZG (sans ECOPTZG) 15 712 203 229
PAS et EcoPTZG (sans PTZG) 6 181 394
Ensemble des opérations PAS 50 158 189 817
EcoPTZG seul 207 23 363(*)
*Effectif exploitable 197 sur 207
Nombre d’opérations garanties en France métropolitaine
Nombre d’opérations Coût moyen d’opération (€)
PAS sans PTZG et sans EcoPTZG 33 930 183 746
PAS et PTZG (sans ECOPTZG) 15 481 203 058
PAS et EcoPTZG (sans PTZG) 6 181 394
Ensemble des opérations PAS 49 419 189 798
EcoPTZG seul 207 23 363(*)
*Effectif exploitable 197 sur 207
Nombre d’opérations garanties en DOM
Nombre d’opérations Coût moyen d’opération (€)
PAS sans PTZG et sans EcoPTZG 508 180 339
PAS et PTZG (sans ECOPTZG) 231 214 701
PAS et EcoPTZG (sans PTZG) 0 0
Ensemble des opérations PAS 739 191 080
EcoPTZG seul 0 0

On trouvera un développement spécifique aux départements d’outre-mer dans la partie 2 du bilan.

Méthodologie de la construction des opérations FGAS

Pour pouvoir rattacher différents prêts à une même opération, on considère que dans le système d’information du FGAS, ils doivent avoir en commun les caractéristiques suivantes :

  • l’établissement émetteur
  • le type d’objet du prêt de l’opération
  • le code Insee du logement
  • le montant d’opération
  • le montant annuel revenu d’éligibilité au FGAS
  • la zone du lieu d’implantation de l’opération
  • le nombre de personnes dans le ménage
  • la CSP
  • l’année d’émission

Les caractéristiques d’une opération sont les suivantes :

  • la génération est celle du premier prêt mis en force.
  • la durée de l’endettement (i.e. de la phase accession dans le cas général mis à part les prêts travaux seuls) est caractérisée par la durée du prêt le plus long.
  • une opération est considérée à taux fixe si tous les prêts la composant le sont.
  • le montant prêté d’une opération correspond à la somme des montants prêtés des prêts garantis pour cette opération. Certains établissements font deux voire quatre déclarations distinctes à la SGFGAS lorsque le prêt PAS est à taux révisable avec une partie fixe (prêt mixte ou lissé), ce qui a pour effet d’augmenter artificiellement le nombre de prêts dans le système d’information, et par voie de conséquence la production des établissements concernés. Cette pratique a eu tendance à se développer depuis quelques années. Il a donc été décidé à partir de 2013 de modifier le bilan en prenant en compte cette pratique. En raisonnant par opérations financées et non plus par prêts, le bilan rend mieux compte des logements effectivement financés et des ménages emprunteurs via le dispositif des prêts garantis. Cette présentation n’a pas d’impact sur les montants (globaux) de prêts garantis, par contre elle fiabilise les montants moyens par logement financé (i.e. opération). Les graphiques sur les taux d’intérêt réalisés dans le bilan sont quant à eux établis à partir du prêt le plus important en termes de montant. La durée est celle du prêt le plus long, et la date de l’offre est celle du premier prêt émis. Ainsi, ce prêt caractérise l’opération. Le taux nominal et le TEG d’une opération sont pondérés par le montant de chaque prêt participant à l’opération.

Le tableau ci-dessous montre les caractéristiques de l’ensemble des opérations PAS dans le neuf et dans l’ancien :

Ensemble des opération PAS en 2019 en France métropolitaine
Nombre d’opérations Coût moyen d’opération (€) Taux d’intérêt nominal moyen Durée moyenne
Dans le neuf 16 850 218 407 1,49 23 ans et 8 mois
Dans l’ancien 32 569 174 998 1,38 21 ans et 7 mois

2 BILAN STATISTIQUE DES OPERATIONS GARANTIES EN METROPOLE POUR LA GENERATION 2019

2.1 L’ENSEMBLE DES OPERATIONS PAS DE LA GENERATION 2019

La génération 2019 compte 49 419 opérations financées par au moins un PAS (appelées dans ce qui suit « opération PAS ») en métropole pour un montant prêté global de 7,6 Mds d’euros. Fin 2019, le FGAS comptait 1 507 137 opérations PAS en Métropole pour un montant total de crédits de 158,6 Mds d’euros (informations parvenues à la SGFGAS au 16 février 2020).

Ensemble des opération PAS en 2019 en France métropolitaine
Génération du premier prêt mis en force Nombre d’opérations PAS Montant garanti (M€)
1993 8 791 341,1
1994 39 190 1 549,2
1995 37 258 1 584,1
1996 81 185 4 213,4
1997 66 776 3 909,4
1998 65 920 4 227,7
1999 70 577 5 010,1
2000 59 880 4 324,1
2001 51 645 3 906,1
2002 64 347 5 289,6
2003 60 798 5 389,3
2004 47 506 4 509,9
2005 48 136 4 984,8
2006 55 587 6 269,6
2007 30 499 3 553,4
2008 34 802 4 019,8
2009 50 939 6 192,6
2010 60 233 7 529,4
2011 51 724 6 510,7
2012 52 107 6 699,5
2013 60 765 8 046,0
2014 60 078 7 978,5
2015 73 393 10 496,5
2016 76 658 11 388,8
2017 83 201 12 979,0
2018 65 723 10 091,0
2019 49 419 7 573,0
Total 1 507 137 158 566,6

Après avoir connu un pic en 2002 avec 64 347 opérations PAS, le nombre d’opérations mises en force (MEF) a décru jusqu’en 2007 (30 499) pour augmenter de nouveau à 60 233 opérations PAS en 2010. En 2019, on compte 49 419 opérations PAS, en baisse de 24,8% par rapport à 2018 (65723). La moyenne mensuelle en 2019 est de 4 118 opérations PAS mises en force (contre 5477 en 2018) avec un maximum de 5 210 opérations en juillet 2019.

MEF mensuelles des opérations PAS

MEF mensuelles des opérations PAS

Pour la génération 2019, le montant moyen des prêts garantis est de 153 241 € (stable par rapport à 2018) pour un coût d’opération en augmentation à 189 798 € (+1,5%), et une quotité globale de financement de 80,7% inférieure à celles de 2018 (82,1%).

Les emprunteurs ont un revenu mensuel moyen de 2 486 € en 2019, en hausse par rapport à 2018 (2 454 €).

Le graphique ci-après illustre les impacts des réformes qui ont influencé les émissions des PAS depuis 1994 :

  • 1996 : Création du prêt à 0% qui a entraîné une hausse spectaculaire et inégalée de la distribution des PAS de +87% sur un an.
  • 1999 : Le démarrage de la sécurisation des prêts garantis a eu un effet positif, mais moins ample : +5% sur un an ;
  • novembre 2001 : Revalorisation des plafonds des PAS. C’est l’année suivante que cette réforme porte ses fruits : la production des PAS est en progression très forte, atteignant +27% ;
  • la création du NPTZ avec l’extension à l’ancien sans travaux relance la distribution des PAS en 2005 : +11% sur un an ;
  • novembre 2008 : Revalorisation des plafonds PAS (alignement sur ceux du NPTZ). C’est l’année suivante que cette réforme montre ses effets ;
  • 15 janvier 2009 : Doublement du NPTZ dans le neuf ;
  • 1er avril 2009 : Création de l’éco-prêt à taux zéro qui peut bénéficier de la garantie du FGAS pour les ménages sous plafonds de ressources PAS ;
  • janvier 2010 : Modification des plafonds PAS à la baisse (alignement sur ceux des PLUS) ;
  • juillet 2010 : Fin en sifflet du doublement du NPTZ dans le neuf ;
  • 1er janvier 2011 : Création du PTZ+ qui met fin au NPTZ et au crédit d’impôts sur les intérêts d’emprunt (TEPA) ;
  • 1er janvier 2012 : Recentrage du PTZ+ sur le neuf uniquement (ne subsiste plus pour l’ancien que la vente HLM)
  • 1er octobre 2014 : Alignement des plafonds de ressources PAS sur ceux du PTZ
  • 1er janvier 2015 : Possibilité de faire un PTZ dans l’ancien hors HLM sous condition de travaux dans certaines communes
  • 1er janvier 2016 : Ouverture du PTZ ancien sous condition de travaux à l’ensemble des communes
  • 1er janvier 2018 : Baisse de la quotité de PTZ de 40% à 20% dans le neuf en zones B2 et C, suppression de l’ancien (PTZ) en zones A et B1, et Aide personnelle à l’accession limitée à l’ancien en zone sociale 3 (pour l’essentiel il s’agit de communes de la zone C).
Evolution des opérations PAS par année d'émission du premier prêt émis

Evolution des opérations PAS par année d’émission du premier prêt émis

A propos des émissions d’opérations PAS en 2019, les chiffres sont encore très provisoires puisque les déclarations d’émission sont loin d’avoir été toutes reçues au 16/02/2020 (elles ne le sont qu’au fur et à mesure des mises en force). Il est probable que le nombre d’opérations PAS émises en 2019 sera en fait plus important que celui de 2018 à cause de ce décalage dans les déclarations.

A noter que pour 2018 il est possible qu’il y ait, à l’avenir, encore de légers ajustements (à la hausse).

2.1.1 Répartition des opérations PAS par établissement

Le Crédit Agricole est le premier distributeur de PAS, avec une part de marché (en montants) passant de 34,1% en 2018 à 39,7% en 2019 et un montant prêté en baisse de 12,6%, passant de 3442 M€ à 3008 M€. La Banque Postale est en deuxième position avec une part de marché passant de 17,2% à 24,4%. Le passage du Crédit Agricole devant le Crédit Foncier de France en 2019 est sans doute lié à la fermeture de ce dernier annoncée à la mi-année 2018, même si elle n’a été effective en termes de distribution qu’à fin mars 2019. En troisième position, le Crédit Foncier de France atteint une part de marché de 10,2% (-19,0 points), devant le Crédit Mutuel qui passe de 8,9% à 10,0%. Le CIC est à 5,1% (+0,4 point) et est devant les Caisses d’Epargne à 4,6% (+2,4 points). Viennent ensuite LCL et les Banques populaires, avec respectivement 3,9% et 1,1% de part de marché.

Parts de marché (en montants) des établissements pour l'ensemble des opérations PAS et PTZG

Parts de marché (en montants) des établissements pour l’ensemble des opérations PAS et PTZG

Le groupe BPCE/Crédit Foncier distribue 16,0% des montants prêtés pour les opérations PAS (soit -16,2 points par rapport à 2018 avec un montant prêté en baisse de 62,7%), suivi par La Banque Postale (24,4%, +7,2 points) et le groupe des autres établissements (0,8%, +0,2 point). Le groupe Crédit Mutuel/CIC a une part de marché de 15,1%, soit une évolution de 11%.

Montant moyen prêté des opérations PAS par Etablissement de Crédit

Montant moyen prêté des opérations PAS par Etablissement de Crédit

Le montant moyen prêté est stable pour l’ensemble des établissements, les variations allant de -22,0% pour BNP Paribas à +14,7% pour LCL.

2.1.2 Répartition géographique des opérations PAS

La structure régionale des opérations PAS de la génération 2019 n’est pas modifiée par rapport à 2018. Avec 8 661 opérations en 2019, la région Auvergne-Rhône-Alpes reste la région où les opérations PAS sont les plus nombreuses (17,5% de l’ensemble des opérations PAS). La région Ile-de-France est la seconde région, elle représente 12,4% de l’ensemble des opérations PAS au titre de la génération 2019 (16,5% pour la génération 2018). Dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, 5 511 opérations PAS sont recensées, soit 11,2% du total national (10,0% pour la génération 2018). Ainsi pour cette génération, les quatre premières régions concentrent à elles seules 52,2% de l’ensemble des opérations PAS pour 46,2% de la population française1.

Evolution des opérations PAS de la génération 2019 par région
Région Effectifs Part de la région Evolution 2019/2018 Décomposition de la variation Part de la région (montants)
Auvergne-Rhône-Alpes 8 661 17,5% -22,6% +0,5 point 19,2%
Ile-de-France 6 151 12,4% -43,3% -4,1 points 15,5%
Provence-Alpes-Côte d’Azur 5 511 11,2% -15,7% +1,2 point 12,7%
Occitanie 5 497 11,1% -18,9% +0,8 point 10,4%
Pays de la Loire 5 454 11,0% -13,7% +1,4 point 10,4%
Nouvelle-Aquitaine 3 766 7,6% -17,1% +0,7 point 6,6%
Hauts-de-France 3 717 7,5% -34,3% -1,1 point 6,6%
Grand Est 3 292 6,7% -21,9% +0,3 point 6,0%
Bretagne 2 396 4,8% -9,1% +0,8 point 4,0%
Normandie 1 616 3,3% -32,2% -0,4 point 2,8%
Bourgogne-Franche-Comté 1 522 3,1% -20,8% +0,2 point 2,4%
Centre-Val de Loire 1 485 3,0% -28,2% -0,1 point 2,5%
Corse 351 0,7% -42,7% -0,2 point 0,8%
Ensemble 49 419 100% -24,8% 100%

La répartition géographique par montants place au premier rang la région Auvergne-Rhône-Alpes, avec 19,2% des montants prêtés pour les opérations PAS. Cela s’explique à la fois par des coûts d’opération et des quotités d’endettement plus élevés. Les régions Ile-de-France avec 15,5%, Provence-Alpes-Côte d’Azur avec 12,7% et Occitanie avec 10,4% restent des régions importantes.

Quant au montant prêté moyen, il va de de 119 552 € en Bourgogne-Franche-Comté à 190 896 € en Ile-de-France.

2.1.3 Caractéristiques des opérations PAS

Le montant moyen de l’opération est en hausse de 1,5%, passant de 187 075 € pour la génération 2018 à 189 798 € en 2019.

Le graphique ci-dessous montre la répartition en effectifs des opérations PAS selon le type d’opération depuis 2015. En 2019, la part du neuf atteint 34,1% (-4,0 points), tandis que la part de l’acquisition avec amélioration et de l’acquisition sans amélioration font respectivement +1,5 point et +2,5 points.

Cela se traduit par des effectifs en baisse de 32,7% dans le neuf, en baisse de 18,6% dans l’acquisition avec amélioration et en baisse de 20,5% dans l’acquisition sans amélioration.

Répartition selon le type d'opération par génération

Répartition selon le type d’opération par génération

Répartition des opérations PAS par type d’opération
2017 2018 2019 Evolution 17/18 Evolution 18/19
Neuf 32294 (38,8%) 25045 (38,1%) 16850 (34,1%) -22,4% -32,7%
Acquisition avec amélioration 13542 (16,3%) 11685 (17,8%) 9517 (19,3%) -13,7% -18,6%
Acquisition sans amélioration 37146 (44,6%) 28831 (43,9%) 22917 (46,4%) -22,4% -20,5%
Amélioration 219 (0,3%) 162 (0,2%) 135 (0,3%) -26,0% -16,7%
Ensemble 83201 (100%) 65723 (100%) 49419 (100%) -21,0% -24,8%

Le montant moyen d’opération (annexe 1) est en hausse de 2,6% dans le neuf en 2019. Les coûts d’opération de l’acquisition avec amélioration, de l’acquisition sans amélioration et de l’amélioration seule sont respectivement en hausse de 5,1%, en hausse de 1,1% et en hausse de 2,8%. Comme les années précédentes, le neuf reste la catégorie la plus chère avec un coût moyen d’opération s’élevant à 218 407 € (212 828 € en 2018), suivi par l’acquisition seule à 176 348 € (174 374 € en 2018). Les améliorations seules et les acquisitions avec amélioration ont un coût moyen d’opération respectif de 86 857 € et 174 374 €.

S’agissant de la différenciation de l’Ile-de-France et de la province, le nombre d’opérations PAS au titre de la génération 2019 est en baisse de 43,3% en Ile-de-France et en baisse de 21,1% en province. Concernant la répartition des opérations selon le type d’acquisition par rapport à l’ensemble, le neuf en Ile-de-France passe de 42,0% en 2018 à 40,6% en 2019, alors qu’en province ces chiffres sont respectivement de 37,3% et 33,2%.

En zone A, on relève 10 527 opérations PAS alors que cet effectif est respectivement de 12 102 en zone B1, 9 524 en zone B2 et 17 266 en zone C.

Répartition des opérations PAS de la génération 2019 selon le type d’opération et la distinction Province/Ile-de-France
Ile-de-France Province Ensemble
Neuf 2 495 (40,6%) 14 355 (33,2%) 16 850 (34,1%)
Acquisition avec amélioration 205 (3,3%) 9 312 (21,5%) 9 517 (19,3%)
Acquisition sans amélioration 3 444 (56,0%) 19 473 (45,0%) 22 917 (46,4%)
Amélioration 7 (0,1%) 128 (0,3%) 135 (0,3%)
Ensemble 6 151 (100%) 43 268 (100%) 49 419 (100%)

Le montant moyen prêté de l’opération PAS est globalement stable par rapport à la génération 2018 pour un coût moyen d’opération en hausse de 1,5%.

Coût moyen d’opération et montant moyen prêté des opérations PAS de la génération 2019
Coût (Montant) Ile-de-France Province Ensemble
Neuf 257 160 €<br>(209 496 €) 211 685 €<br>(171 917 €) 218 407 €<br>(177 482 €)
Acquisition avec amélioration 237 719 €<br>(212 650 €) 171 538 €<br>(146 173 €) 172 964 €<br>(147 605 €)
Acquisition sans amélioration 217 795 €<br>(176 336 €) 169 024 €<br>(131 480 €) 176 348 €<br>(138 221 €)
Amélioration 118 854 €<br>(87 478 €) 87 654 €<br>(74 132 €) 89 271 €<br>(74 824 €)
Ensemble 234 305 €<br>(190 896 €) 183 480 €<br>(147 888 €) 189 798 €<br>(153 241 €)

Le coût moyen d’opération et le montant prêté moyen demeurent nettement plus importants (respectivement de 27,7% et 29,1%) en Ile-de-France qu’en province. Concernant l’évolution de 2018 à 2019 en Ile-de-France, le montant moyen d’opération est en hausse de 3,1% : +3,6% dans le neuf, +4,8% dans l’acquisition avec amélioration et +3,1% dans l’acquisition sans amélioration. En province, le montant moyen d’opération est en hausse de 2,4% : +3,3% dans le neuf, +5,5% dans l’acquisition avec amélioration et +2,5% dans l’acquisition sans amélioration. S’agissant du montant moyen prêté, les variations toutes opérations confondues sont de +2,2% en Ile-de-France et +0,6% en province.

Le coût moyen d’opération et le montant moyen prêté demeurent nettement plus importants en zone A que dans les autres zones avec 229 884 € de montant moyen d’opération pour un montant moyen prêté de 183 576 €.

Dans les trois autres zones, le montant moyen d’opération se situe entre 162 971 € et 203 942 € pour un montant moyen prêté compris entre 134 005 € et 162 452 €.

Le montant moyen d’opération varie de 136 864 € pour BNP Paribas à 196 709 € pour le Crédit Agricole. Ces montants moyens d’opération sont en hausse pour les Caisses d’Epargne (+9,2%), le Crédit Foncier de France (+5,5%), la Société Générale (+2,0%), LCL (+1,7%), le Crédit Agricole (+1,2%), les Banques Populaires (+1,1%), La Banque Postale (+0,8%), le Crédit Mutuel (+0,4%), et en baisse pour le CIC ( -3,2%), BNP Paribas (-32,4%).

La quotité moyenne de l’opération globale2 se situe entre 75,6% pour BNP Paribas et 83,7% pour les Caisses d’Epargne. Elle est de 77,5% pour LCL, 79,7% pour la Société Générale, 79,9% pour La Banque Postale, 80,4% pour le Crédit Mutuel, 80,6% pour le Crédit Agricole, 82,0% pour le Crédit Foncier de France, 82,7% pour les Banques Populaires et 83,4% pour le CIC.

Au vu des déclarations reçues, les prêts complémentaires (Prêts Epargne Logement, Prêts Sociaux, Prêts 1%) ne seraient présents que dans 2,8% des opérations PAS de la génération 2019 et compte tenu des montants déclarés, il en découlerait un taux d’apport personnel se situant autour de 18,9%.

Pour cette raison, la quotité moyenne de l’opération est à prendre sous beaucoup de réserve, cf. également développement à la section 2.3.3.

On note que la quotité évolue à -1,3 point pour l’ensemble des opérations PAS par rapport à la génération 2018, -0,7 point en Ile-de-France et -1,4 point en Province. La quotité en Province est globalement plus faible par rapport à celle d’Ile-de-France : dans l’acquisition avec amélioration (-4,2 points par rapport à l’Ile-de-France), pour l’acquisition sans amélioration (-3,2 points par rapport à l’Ile-de-France) et pour le neuf (-0,3 point par rapport à l’Ile-de-France). En s’intéressant aux zones, on remarque que la quotité des opérations PAS est la plus élevée en zone C avec 82,2%, suivie par les zones B2, A et B1 avec respectivement 81,1%, 79,9% et 79,7% de quotité.

Coût moyen d’opération et montant moyen prêté des opérations PAS de la génération 2019
Ile-de-France Province Ensemble
Neuf 81.5% 81.2% 81.3%
Acquisition avec amélioration 89.5% 85.2% 85.3%
Acquisition sans amélioration 81.0% 77.8% 78.4%
Amélioration 73.6% 84.6% 83.8%
Ensemble 81.5% 80.6% 80.7%

Le graphique ci-dessous présente l’évolution des TEG des opérations pondérées par les montants de chaque prêt de l’opération et les durées correspondent à la durée du prêt le plus long.

Une baisse des taux avec une durée du prêt plutôt stable, permet in fine d’assurer une bonne solvabilité aux acquéreurs pour un montant de PAS plus élevé.

On remarque à compter de fin 2008 une baisse brutale de la durée moyenne initiale des PAS à taux variable pour atteindre progressivement le même niveau que les durées des PAS à taux fixe. On peut penser qu’après la crise de 2008, les établissements ont souhaité réduire le risque avec une réduction des durées initiales pour disposer d’une marge supplémentaire d’ajustement de la durée pour maintenir la mensualité constante en cas de hausse des taux. Les durées des opérations PAS à taux fixe deviennent supérieures à celles des opérations à taux variables. L’année 2012 marque un écart plus important entre la durée moyenne des opérations PAS à taux variable et celle des opérations à taux fixes qui depuis reste plus faible. Fin 2019 les durées se confondent presque.

Evolution des taux d'intérêt et des durées des opérations PAS par trimestre d'émission

Evolution des taux d’intérêt et des durées des opérations PAS par trimestre d’émission

Le TEG moyen des opérations PAS à taux fixes se confond avec le TEG moyen des crédits à taux fixes de 1998 à 2008. A partir de 2009, on aperçoit un écart, qui tend à se resserrer depuis. Le TEG moyen des crédits à taux variables est souvent supérieur à celui des opérations PAS.

Le taux nominal constant moyen des opérations PAS à taux fixes, dans l’ensemble, diminue passant de 1,67% en 2018 à 1,42% en 2019.

Les variations du taux nominal constant moyen sont modérées en valeur absolue mais importantes en valeur relative entre 2018 et 2019 : -26 points de base dans le neuf, -25 points de base dans l’acquisition avec amélioration, -24 points de base dans l’acquisition seule et -20 points de base dans l’amélioration seule.

S’agissant du type d’acquisition, 2019 présente des taux pour les opérations dans l’ancien de 1,36% dans l’amélioration, 1,37% dans l’acquisition seule, et 1,42% dans l’acquisition avec amélioration pour 1,49% dans le neuf.

En moyenne sur l’ensemble des opérations, la durée des PAS à taux fixe baisse de 3 mois et se situe désormais à 22 ans et 3 mois en 2019.

Durée moyenne des opérations PAS à taux fixe (en mois)
2017 2018 2019
Neuf 290 290 284
Acquisition avec amélioration 272 272 271
Acquisition sans amélioration 256 253 254
Amélioration 195 208 203
Ensemble 271 271 267